Jardin Massey

Les beautés de la nature nous plaisent parce qu’elles sont naturelles.
«Le chant des oiseaux annonce la joie et le contentement de l’existence. Tout au
moins est-ce ainsi que nous interprétons la nature, que telle soit ou ne soit pas son intention.
Mais cet intérêt que nous inspire ici la beauté exige absolument la beauté
de la nature, il disparaît dès qu’on s’aperçoit qu’on est trompé, que c’est de l’art seulement ;
même le goût n’y trouve plus rien de beau, ni la vue rien d’attrayant. Les poètes, que vantent-ils davantage que le beau chant enchanteur du rossignol dans le buisson solitaire,
par une soirée d’été silencieuse, à la douce lumière de la lune ?
Toutefois on a des exemples qu’en l’absence d’un tel chanteur, parfois quelque hôte joyeux s’est plu à mystifier, à leur très grande satisfaction d’ailleurs, les gens venus
chez lui pour jouir de l’air des champs, en cachant dans un buisson un garçon
malicieux, sachant parfaitement d’après nature imiter ce chant (un roseau ou un jonc à la bouche). Mais aussitôt qu’on s’aperçoit de la supercherie, personne ne supportera
longtemps d’écouter ce chant tenu tantôt pour si attrayant, et il en va ainsi pour tout
autre oiseau chanteur. Seule la nature ou ce que nous prenons pour elle peut nous inspirer
un intérêt immédiat pour le beau comme tel.»
KANT, id. § 42

IMGP2520

IMGP2494

IMGP2480

IMGP2461

IMGP2475

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *